Forum de la guilde Compagnie du Loup Gris sur Kirin Tor - Alliance
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La lettre du destin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ceinwyn

avatar

Messages : 42

Feuille de personnage
Âge: 3000

MessageSujet: La lettre du destin   Jeu 23 Juil - 17:52

Ceinwyn Lunargent se dirigea vers sa propriété du Berceau de l'Hiver, lasse, abattue, l'armure couverte d'humidité et de la boue de Féralas. Elle prit son temps pour dé-seller Isuriand, puis le  laissa vagabonder dans les neiges éternelles.

Elle ne remarqua pas tout de suite que la porte de sa maison était ouverte.

Elle ne remarqua pas tout de suite la forme Kaldorei étendue sur le sol du salon, une lettre à la main.

Elle ne remarque pas tout de suite, que c'était sa mère la main sur la poitrine, le visage défigurée par la douleur.


"Mère ! Mère ! Par Elune Mère que vous arrive t-il ? A l'aide, de l'aide !".

----------------------------

Le corps de Fica Lunargent est étendu sur le lit du dispensaire de Reflet de Lune. Autour d'elle, une prêtresse, un druide s'affaire, inquiets. Leurs gestes sont précis, nets, Ceinwyn reste en retrait.


"Thoridal ?"

Lentement, Ceinwyn lève les yeux et regarde la Prêtresse qui s'adresse à elle.

"Votre mère a reçu un véritable choc. Elle est très âgée c'est un miracle qu'elle ne soit pas décédée sur le coup."

"Un choc je ne comprends pas... Ce ne peut être un choc après coup ? C'est un choc soudain vous voulez dire ?"

"Oui vous n'avez pas idée de ce qui aurait pu la mettre dans cet état ?"

"Non.. Je peux la voir ?"

"Bien sûr uniquement quelques minutes, elle est encore fragile".

Se dirigeant vers le lit de la malade, Ceinwyn s'approcha d'elle et s'assit au bord de son lit. Sa mère ne pouvait plus parler, l'usage de la parole allait peut être revenir elle n'en était pas sûre.

Lentement Fica Lunargent leva la main sur sa fille pour lui tendre le papier froissé.
Lentement Ceinwyn Lunargent le déplia et reconnu immédiatement l'écriture, c'était celle de Kaëlh, et il avait signé au nom du seigneur noir, ne laissant aucun doute sur son identité.

Furieuse, elle serra la lettre dans son poing et repartit prestement.
Revenir en haut Aller en bas
Ceinwyn

avatar

Messages : 42

Feuille de personnage
Âge: 3000

MessageSujet: Re: La lettre du destin   Mar 28 Juil - 17:55

En conversation avec Naomi et Nalia, Ceinwyn discutait de la meilleure manière de récupérer sa fille toujours en proie au Satyre qui avait attaqué l’Institut.

« Ceinwyn ? »

S’interrompant dans son entrevue, Ceinwyn tourna la tête et fut frappée de stupeur quant à la personne qui se tenait devant elle.

« Isaën ? Mais je te croyais mort à Hyjal ! »

Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, le sang pulsant dans ses veines lui tapait dans la tête, elle se jeta dans les bras de son ami disparu.

« C’est toi, ça ne pouvait être que toi. Cela fait 20 ans que je te cherche…. » dit-il en la serrant dans ses bras.

« Mais tu es vivant, c’est incroyable… On m’a dit que tu étais mort… »

------------------------------------------------------------------------------

20 Ans plus tôt

« Formez les rangs ! Kaldoreis tous au combat ! BANDU THORIBAS !!! » cria Shandris Pennelune avant de tenir l’assaut de la légion en contrebas d’Hyjal.
Ceinwyn chevauchait Sibélius, Isaën à ses côtés, les deux archers se tenaient en retrait prêt à lancer leurs flêches explosives bénis par la Déesse.



« Je parie que j’en touche plus que toi » dit Isaën en souriant.

« Tu es doué pour la traque et la chasse, mais tu es très mauvais en cible mouvante. Je vais t’écraser et tu me devras encore des pièces. » répondit Ceinwyn.

Isaën sourit à sa réponse, piquante comme toujours et observa d’un air plus grave la mâchoire crispé la légion qui arrivait droit sur eux. Les sabres piaffaient d’anxiété, les sentinelles resserraient leur position. Tous attendaient un signe de Tyrande qui ne venait pas.

« Ceinwyn… Au cas où ça tourne mal, il faut que je te dise.. »

« Ceinwyn ! On a besoin de toi à la passerelle, dépêche-toi de monter contrôler les archères, le temps est compté ! »

Ceinwyn prit à peine le temps d’un regard pour Isaën et se dépêcha de gagner son nouveau poste de combat. De là où elle était, elle dominait toute la vallée et voyait parfaitement le mouvement des troupes ennemis. Ce n’est que bien trop tard qu’elle ne vit la catapulte qui lançait alors des orbes de flammes  gangrenés sur le groupe d’en bas.

« ATTENTION ! BOUGEZ DE LA ! POUSSEZ-VOUS !! »

Les troupes d’en bas furent projetés par les orbes, beaucoup de pertes furent à déclarer. La passerelle qui retenait les archères, céda sous le poids de l’impact, faisant sombrer Ceinwyn et ses comparses dans la crevasse qui venait se créer.
Bien des jours plus tard, Ceinwyn s’était réveillée à Orneval dans un lit de camp, entourée de centaines d’autres comme elle. A ses côtés reposait un carquois vide, et un arc abimé. Ils appartenaient tous deux à Isaën. Lentement dans la nuit, Ceinwyn s’était mise à pleurer, connaissant la signification de ce geste. Isaën était mort pour la bataille au sommet du Mont Hyjal.


Revenir en haut Aller en bas
 

La lettre du destin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un destin funeste
» Une lettre pour un destin.
» La campagne de l'été : la couronne du destin...
» Projet BD GiF: Le Destin de Tarkel Prime
» Une lettre au Commandant Alurn, adressée à toute la garde...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Compagnie du Loup Gris :: La Façade :: Aventures-